Création électroacoutisque – Dans la Forêt de Tudor

 

https://www.facebook.com/events/278985852433683/

 

Ollivier Coupille s’associe à Thierry Madiot et Boris Allenou afin de donner une nouvelle dynamique à un projet de longue date sur les musiques électroniques expérimentales. Pour cela, les trois musiciens s’appuient sur l’œuvre Rain Forest, pièce originellement créée pour le chorégraphe Merce Cuningham en 1968 par David Tudor. Cette œuvre a été reprise en 1973 (Rain Forest version IV) avec des objets de type « ready made » et une mise en son de type électro-acoustique. Il s’agit en effet d’un processus évolutif de création dynamique qui n’a pas vocation à se stabiliser totalement : sa complexité constitue aussi l’intérêt de sa forme. Nos trois artistes exploreront la transformation du son au travers de différents matériaux lors d’une sortie de résidence le 4 juin au Local de Lutherie Urbaine.

En 2015, une relecture du projet, « Rain Forest IV » – relecture I, a été mise sur pieds. Les retours positifs du côté des spectateurs-visiteurs et une volonté d’approfondir la dimension électronique et l’interaction entre les différentes pièces constituant cette forêt sonore électronique en a découlé. Afin de toucher à l’aboutissement du projet et de créer une nouvelle œuvre allant au-delà de la relecture, une nouvelle période de recherches et de travail était donc nécessaire.

« … J’ai découvert que ce que je voulais, c’était toute une forêt c’est pourquoi j’ai appelé ça Rainforest – c’était toute une forêt de voix individuelles. Il devînt clair pour moi que je devais commencer par la fin avec les haut-parleurs. » David Tudor

Cette présentation est une des étapes de création d’un long de travail de résidence à Lutherie Urbaine en coproduction avec les Instants Chavirés (Montreuil). Une plongée dans les sons, les matières et les objets au milieu de cables supendus, de capteurs et autres installations sonores.

Photo : Horace – Rain Forest à l’Espace Cardin (1974)